Partagez | 
 

 Particularités / Prédéfinis • Test RP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Murphy
fait gaffe à murphy si tu veux pas recevoir une casserole sur la tête !
avatar

Points : 165
Maison : Poudlard.
Année d'Étude : Aucune
Ascendance : Aucune
Parchemins : 90
Inscription : 20/01/2018
Visage : Stitch.
Métier : Esprit Frappeur à Poudlard.

Ven 26 Jan - 17:58

Test RP
Marche à Suivre
Comme sur beaucoup de forums un test rp est demandé pour pouvoir jouer un personnage prédéfini. Non seulement demandons-nous un rp pour ceux qui veulent jouer un prédéfini, mais aussi pour ceux qui souhaitent obtenir une faculté magique pour leur personnage. Si votre prédéfini possède aussi une particularité magique alors vous n'avez qu'un test rp à faire évidemment !

▼ ─ Particularités Magiques.
▼ ─ Prédéfinis de Riddikulus.

Pour postuler pour une particularité quelconque ou pour jouer l'un ou l'autre des prédéfinis il suffit donc de rédiger un simple rp mettant en vedette votre personnage. En ce qui concerne l'acquisition d'une particularité magique alors vous devez faire un rp qui relate soit sa découverte de faculté ou comment il vit celle-ci au quotidien. Aucun minimum de mots requis n'est demandé bien qu'il soit fortement recommandé de soigner son écriture.

Une fois le rp rédigé alors postez-le en réponse à ce message. L'administration se chargera alors de le lire et d'accepter ou non votre candidature. Si celle-ci est refusée alors il vous sera expliqué pourquoi avec possibilité de refaire le test ou de le modifier.


Quand quelqu'un esquive ta super blague ee°
Revenir en haut Aller en bas
http://riddicoolus.forumactif.com
Vlasta M. Osborne
Élève de Gryffondor
avatar

Points : 25
Maison : Gryffondor.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers Issus de Familles Sorcières (Sang Pur)
Parchemins : 13
Inscription : 31/01/2018
Visage : Nima (Rossdraws).
Élève de Gryffondor

Mer 31 Jan - 17:07

La création de l'atelier d'art à Poudlard était une initiative qui lui plaisait plus que tout : la chance de pouvoir profiter de cette paix que procurait cette pièce et celle d'être un peu seule dans cette petite bulle loin du brouhaha des salles de classe et des pièces communes. Oh, bien sûr, Vlasta appréciait beaucoup la présence des autres : elle aimait les voir agir et se moquer, parfois, de leur idiotie profonde. Mais une fois qu'elle se retrouvait bercée par la musique de son lecteur alimenté par cette pile magique et qu'elle pouvait s'installer devant un tableau blanc alors elle était plus qu'elle-même ─ elle ne pensait alors plus du tout à ses parents et à la pression exercée par la hiérarchie de la famille Osborne.

Vlasta s'installa sur un tabouret, ses pieds posés sur les barreaux de celui-ci de sorte à pouvoir se pencher un peu vers l'avant sans tomber tête la première. Elle saisit un pinceau ─ elle les toucha du bout de l'index pour en vérifier la texture, amusée que certains lâchent un petit rire en secouant leurs poils, et sélectionna celui qui correspondait le mieux aux détails qu'elle voulait faire. Elle avait choisi, pour son oeuvre, une peinture magique qui créait une texture particulière une fois sèche. Elle se mit alors à tracer des lignes qui paraissaient insensées sur cette page blanche. Elle était très concentrée, ses fins sourcils froncés, et ses orteils bougeaient chaque fois qu'elle devait se pencher plus consciencieusement sur un détail de son oeuvre. Quelqu'un qui serait passé par là aurait pu, à loisir, l'observer et percevoir cette beauté particulière autour d'elle. Le charme opérait sans qu'elle ne se rende vraiment compte : il faut dire que Vlasta n'était pas une beauté comme les autres ─ demi-vélane de son état elle devait constamment restreindre cette colère sourde qui bouillait en elle. Le sang qui coulait dans ses veines était celui d'une créature impitoyable qui se sert du caractère superficiel de l'homme pour parvenir à ses fins. Vlasta ne voulait pas de cette condition : avoir toujours l'impression que les hommes ne s'intéressent à elle que parce qu'elle est ensorcellée.

Sa longue tignasse blanche lui caressait les reins. Cette chevelure épaisse contrastait de façon très marquante avec la teinte de sa peau : malgré cette incongruité on ne pouvait qu'admirer le caractère unique de son apparence. Elle dodelinait de la tête au rythme de la musique et une lumière toute particulière semblait émaner d'elle comme un halo. Ses gestes semblaient délicats et légers comme une plume alors qu'elle peignait ce tableau : même lorsque des taches de peinture lui couvraient la peau. Que Vlasta porte ces vêtements non-assortis : un simple pantalon dont une jambe était plus courte que l'autre et un t-shirt volé à son frère jumeau qu'elle avait découpé aux ciseaux pour qu'il corresponde à sa taille n'enlevait rien à cet effet de séduction. Oui, quelqu'un qui serait passé par là aurait bien pu se demander, à tout le moins, de quoi aurait-elle l'air dans une magnifique robe, dansant au gré de la musique ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Mer 31 Jan - 19:25

C'est une très jolie plume que voilà. J'en ai parlé à Vivian et le texte semble en ordre tout comme le statut de demi-vélane. Nous sommes bien curieux d'en savoir plus sur elle au travers de la fiche de présentation. Tu peux donc te concentrer sur ta fiche désormais ! 


Revenir en haut Aller en bas
Sukie O'Gormain
Élève de Poufsouffle
avatar
N/A

Points : 52
Année d'Étude : Aucune
Ascendance : Aucune
Parchemins : 15
Inscription : 31/01/2018
Élève de Poufsouffle

Mer 31 Jan - 20:27

Et les larmes pensent avoir arrêter de couler…
Tu te souviens n’est-ce-pas Sukie ? Ce sentiment si étrange qui tiraille tes entrailles, il ne t’a jamais quitté. Il existe depuis le premier jour. Ce souvenir si précieux, quand ses fesses sont venues se poser juste à côté des tiennes à la table commune. D’un regard timide, du coin de ton oeil ambré tu as compris, tu ne pouvais faire que cela. C’était lui, c’était comme ça et ça allait te suivre pendant des années… Un amour secret, l’espoir rêveur et naïf qu’il te remarque, qu’il te choisisse, toi. La naine. Celle dont il ne semble même pas chercher à retenir le nom. Car pour toi,  il était tant de petites choses. Oui, il était ce regard qui semble pouvoir surplomber le monde, cette assurance qui te manque cruellement. Il était ce sourire arrogant et cette prestance si particulière. Une nonchalance insolente Une aisance indolente. Le sourire qui fait louper une mesure à ton coeur.

Tu te souviens aussi de cette soirée, ce premier baiser. Ce jour où tu as pu entendre avec plaisir ses lèvres prononcer ton surnom, Sue. Un bout de ton prénom, c'était déjà tellement. Et d’un baiser, ils furent légion, des mois durant. Et chacun d’entre eux savait garder la saveur si particulière du premier. Qu’est-ce-que tu as pu l’aimer ce baiser. Qu’est-ce-que tu as pu le détester quand sur une autre il s’est posé... Désormais tu ne voudrais qu’une chose, être en mesure de l’oublier. Mais, peut-être que dans le fond, tu le savais n’est-ce-pas ? Que tu ne l’avais jamais vraiment mérité et qu’un jour il t’échapperait.

Aujourd’hui tu te maudis, tu te demandes chaque jour un peu plus pourquoi. Pourquoi tu n’as pas détourner les yeux ? Pourquoi tu n’as pas oublié ce sentiment si particulier pendant ces quatre années ? Aujourd’hui, c’est si douloureux quand tes yeux se posent sur lui. Aujourd’hui toi qui n’a eu de cesse de le chercher, tu ferais tout pour l’éviter. Mais dans ce couloir, il est difficile de ne pas le remarquer.  Il passe juste à côté de toi. Son odeur et sa chaleur viennent narguer ton cœur fracassé.

Sa voix fait tressaillir ton cœur, tes poings se serrent. Ton souffle se coupe, Sukie, tu suffoques. Toi qui te pensais assez forte, vaccinée, prête à encaisser. Tu réalises combien il t’a dévastée…Il est temps d’arrêter de rêver Sukie, tu n’as toujours pas digérer. Vive retour à la réalité.. Deux semaines ce n’était pas assez pour soigner un amour si sincère ainsi bafoué. Alors sans attendre, tu t’es retournée, tu t’es échappée. Sans un regard tu t’es éloignée.

Vos chemins se sont séparés et tes larmes se sont remises à couler… Alors que tu pensais qu'elles avaient arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Mer 31 Jan - 20:39

Cocotte, ton texte est magnifique, très adapté, t'avais aucun souci à te faire. Sukie est très bien interprétée dans ce texte. Du coup, je serais vraiment bête de ne pas déclarer que c'est en ordre. Tu es désormais libre d'aller faire ta fiche quand tu en ressentiras l'envie. Bon courage !


Revenir en haut Aller en bas
Lavanya Osborne
Élève de Serdaigle
avatar
N/A

Points : 30
Maison : Serdaigle
Année d'Étude : Quatrième Année
Ascendance : Parents Sorciers Issus de Familles Sorcières (Sang Pur)
Parchemins : 10
Inscription : 30/01/2018
Visage : Emilia Re:Zero
Métier : Elève à Poudlard
Élève de Serdaigle

Mer 31 Jan - 21:25

Encore une fois... Les dents serrées, tapant du pied comme si un griffon en charge passait par là. Ses petites mains délicates soulevant sa belle robe afin de ne pas l'abîmer en la laissant trainer sur le sol. Aujourd'hui n'avait pas été un bon jour pour la demoiselle. Un petit enchaînement d'évènement sans grande gravité. Entre un réveil rendu difficile par une petite fièvre, une infirmière peu agréable, un petit déjeunée manqué, une journée de cours plutôt chargé... Et alors qu'elle voulait du réconfort auprès de sa famille, surprise... Tous introuvable... Même pas lui... Alors elle est partie bouder, marchant de son pas rageur de demoiselle qui souhaite se faire passer pour plus terrifiant qu'un fauve.

Rougissant au passage d'un tableau qui la complimentait malgré tout. Un personnage du passé bien bavard qui ne manquait pas de faire de doux commentaires à la demoiselle. La dérident un peu, car il lui est impossible de rester en colère réellement longtemps. Cependant, son petit cœur meurtri appelait plutôt à grand cri une compagnie désirée.
Alors elle était là, dans le vent frais du soir, sous le ciel aux étoiles naissantes. Aucune veste n'était présente pour la couvrir et la protéger de cette douce bise qui lui donnait la chair de poule. Cependant, elle n'y fit pas attention, son regard se portant sur ce début de ciel étoilé plutôt reposant. Il n'y avait pas cours à la tour d'astronomie et à présent seule la demoiselle osait regardait avec plus de courage au-delà vers la forêt. Le vertige est toujours présent en hauteur, mais les étoiles aussi sont présents.

Un léger soupir traversa ses lèvres alors qu'elle s'en retourne vers le cœur du château. Quittant le havre de paix et de tranquillité. Quittant, avec une soudaine précipitation le lieu ou se trouve également une autre personne. Sans doute venu admirer les étoiles également, bien qu'elle eu le sentiment qu'il n'admirait pas les étoiles un instant avant qu'elle ne le remarque.
Une personne vue de loin comme souvent, lorsqu'il s'agit d'enfant de moldu. L'ignorant d'avantage par peur d'être surprise ici en sa compagnie fortuite, par une certaine personne, d'avantage que par mépris qu'elle devrait ressentir pour ce genre de personne. Le bas de sa robe voletant un bref instant dans sa précipitation pour rentrer au chaud et à l'abri.
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Mer 31 Jan - 21:32

Merci d'avoir posté si vite c'est très apprécié ! Je trouve ton RP génial et Vivian m'a confirmé que ton interprétation de Lavanya était parfaite. Du coup, tout est en ordre, tu n'as plus de soucis à te faire et tu peux compléter ta fiche quand tu te sentiras prête. Bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
S. Pika Koholā
Élève de Gryffondor
avatar
N/A

Points : 23
Maison : Gryffondor
Année d'Étude : Septième Année
Ascendance : Parents Sorciers Issus de Familles Sorcières (Sang Pur)
Parchemins : 8
Inscription : 31/01/2018
Métier : Étudiant
Ϟ Carnet de Sorcier Ϟ :
Élève de Gryffondor

Mer 31 Jan - 22:22

« ─ Tu es privé de sortie. » Sirius entre-ouvris la bouche en regardant son père d'un air des plus ahuri. « ─ Mais puisque je te dis que ce n'étais pas nous ! » Il n'y avait rien à faire. L'homme à la tête semi dégarnis n'écoutait déjà plus les paroles de ses fils et referma fortement la porte de leur chambre. C'était souvent ainsi dans le village où ils avaient grandit. Entre les touristes sorciers venant de tous les pays et les habitants de l'île, les parents avaient beaucoup à faire et les garçons n'aidant pas vraiment puisqu'ils n'en faisaient qu'à leur tête, ils devenait évident que les punitions était ce qui les contrôlerait le plus. Sirius donna un coup de pieds dans son énorme malle, poussant un grognement sous la douleur qui lui élança de l'orteil jusqu'au genou. « ─ Pour une fois qu'on a vraiment rien fait, c'est n'importe quoi ! Je veux y aller à cette fête ! » Il serait difficile de passer les portes de la maison, porte qui donnait devant la réception de l'hôtel et qui les grilleraient rapidement. C'était la fête de l'île et cette fête était toujours incroyable et importante pour les habitants, mais bien entendu Malaki ne l'entendait pas ainsi et avait fait son rôle de père, le prenant même trop au sérieux.

Le poids de son corps tombant sur son lit fit grincer le remontant alors qu'il laissa sa tête tomber du rebord, observant son frère qui partageait la même chambre et se retrouvait sur le lit voisin. Ils s'observèrent un moment et un sourire apparut sur leur visage. Depuis l'âge de treize ans qu'ils travaillaient sur l'idée d'être des animagus et depuis l'âge de treize ans ils se donnaient sans relâche. Ils avaient essuyer les échecs, ils avaient dû soigner des blessures sans éveiller les soupçons à l'école et ils avaient passer des nuits blanches à faire des testes. C'était difficile d'attendre la pleine lune et le bon moment avant d'avoir les ingrédients. Sirius et son frère avaient tout fait pour arriver à ce résultat et franchement, depuis qu'ils en étaient capable c'était comme une libération. « ─ Est-ce que tu penses à ce que je pense? »

Le blond acquiesça et alors qu'ils pouvaient entendre les bruits de pas à l'extérieur de la chambre signalant que les parents quittaient la maison pour préparer la fête à l'hôtel. La voie était maintenant libre et le brun se redressa en s'étirant un moment. À chaque fois qu'ils pouvaient en faire usage, ils le faisaient, mais ils devaient le faire avec précaution. Si jamais quelqu'un les voyaient, ce serait la cata. Un sourire en coin, Sirius donna une tape dans le dos de son frère jumeau et ouvrit la porte en passant la tête dans l'entre-baillement. Personne. Parfait, il quitta la chambre en faisant signe à son frère de le suivre et marcha vers la porte arrière. Celle-ci était souvent ouverte pour que l'air frais entre dans la maison et que la brise de la mer emplisse la pièce.

Sirius leva le pouce vers son frangine et débuta la métamorphose. Petit à petit sa tête se transforma, dessinant maintenant une gueule ressemblant à celui d'un canidé. En fait, ce n'était pas qu'une impression puisqu'un museau long aux traits fin apparut, des grandes oreilles pointu dont une tombante fit également son apparition. Il s'installa à genoux, puis des patte apparut à la place des jambes. Des pattes solide aux cuisses présente et laissant voir une puissance de courses. Ses bras ne restèrent pas en reste puisque des pattes avant apparut également. Il s'en suivit un pelage long aux couleurs de noir et blanc. La métamorphose s'arrêta finalement avec une queue battant l'air avec énergie alors que deux yeux noisettes se posèrent sur le jumeau. Sirius, ce jeune animagus, venait de prendre l'apparence d'un Border Collie et il était maintenant prêt pour faire la fiesta. Il fit signe à son frère d'un coup de museau, se dirigeant vers la porte moustiquaire pour l'ouvrir avec l'aide de sa gueule (les poignées en L c'est la vie) et quitta la maison en courant rapidement, passant sous le nez de son père qui cherchait à placer les chaises en plastique.

« ─ Mais... Voyons ! Ce chien est un danger ! Je vous jure... » Dans un soupire, l'homme poursuivit ses préparatifs en ignorant que son fils puis le second lui passaient sous le nez en désobéissant encore une fois à ses règles.
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Mer 31 Jan - 22:26

Superbe représentation de la transformation. De plus, j'aime beaucoup la mise en situation (et l'animal choisit qui plus est ; pourtant simple, mais tellement cool), alors bien entendu tout est en ordre. N'hésite pas à aller faire ta fiche dès que tu en ressentiras l'envie. Bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
Kauri Koholā
Élève de Gryffondor
avatar
N/A

Points : 23
Maison : Gryffondor.
Année d'Étude : Septième Année
Ascendance : Parents Sorciers Issus de Familles Sorcières (Sang Pur)
Parchemins : 5
Inscription : 01/02/2018
Visage : Sabo • One Piece.
Élève de Gryffondor

Jeu 1 Fév - 3:50

Kauri était installé sur son lit et feuilletait pour une énième fois le bouquin que son frère avait ramené de la bibliothèque. Sirius lui avait expliqué qu'il n'avait pas trop eu de mal à convaincre la bibliothécaire de l'emprunter ─ c'était pour des informations purement académiques, avait-il assuré à cette dernière avec son sourire à en faire fondre un coeur en chocolat. Kauri avait observé son jumeau, la bouche en forme de parenthèse, partagé entre être impressionné par les talents de son frère ou l'envie de lever les yeux au plafond. Au final, il préféra lire les instructions, glissant l'index contre la page d'un geste machinal, emmagasinant toutes les informations sans la moindre difficulté.

« On pourra jamais arriver à faire un truc pareil avant ... il nous faudra au moins deux ou trois ans pour rassembler tout ces ingrédients et suivre les instructions ... » avait-il finalement laissé entendre en se laissant tomber sur le côté dans ses draps rouges et or. Il y eut un moment de silence et l'étudiant glissa une main dans ses cheveux ondulés en semblant perdu complètement dans ses pensées. « La chrysalide d'un sphinx tête-de-mort ... Merlin seul sait ce que ça peut bien être que ce truc ... » balança-t-il en bougonnant à moitié. Malgré ces quelques plaintes Kauri tenait beaucoup à ce qu'ils réalisent ce rêve qu'ils entretenaient depuis toujours. Les bouquins que leur mère leur lisait se déployaient en histoires fabuleuses où le personnage principal errait en forêt sans jamais se faire attraper. « Okay. Okay on va le faire. » conclut-il finalement d'un air tout ce qu'il y a de plus sérieux. Puis, au bord des lèvres, un sourire se traça et il tendit un poing amical vers son frère. Au fond, si c'était avec Pika, ce serait amusant. Non ?



Son rythme cardiaque s'accélérait soudain. Il ressentait cette vive douleur qui lui transperçait le corps de toutes parts et Kauri faisait de son mieux pour supporter cette sensation sans jamais oublier cette image mentale qui était en train de se tracer dans sa tête. Cette créature semblait se déplacer à quatre pattes et être dotée d'une queue touffue. En tout cas, cela n'avait pas l'air d'un chien ou d'un chat, bien au contraire. Le blond se força à ne pas trembler alors que son corps commençait à fusionner lentement avec ses traits : il avait l'impression que sa cicatrice à l'oeil s'étirait comme un gant de caoutchouc et même ses phalanges lui faisaient mal. La fourrure commença à pousser sur son corps et sa physionomie se transforma peu à peu : il plia le dos, rétrécit à vue d'oeil, ses jambes et ses bras devinrent minces et son nez s'allongea doucement. Il voyait mal et il avait l'impression d'étouffer de l'intérieur. Lorsqu'il cessa de ressentir cette douleur alors il se retrouvait parterre et les odeurs autour de lui semblaient beaucoup plus aigues. Il tourna sur lui-même, piétinant le sol de ses petites pattes, et eut une folle envie d'aller fouiller dans la poubelle dans un coin de sa chambre.

...

N'importe quoi. Pourquoi ferait-il une chose pareille ? Son cerveau était comme dans la brume. Kauri chercha à se souvenir de sa propre apparence : ses cheveux blonds, ses grands yeux, sa peau et sa grande taille, sa cicatrice ... Petit à petit, sans vraiment le réaliser, il reprit forme humaine, ne réalisant seulement là ─ une fois son corps complètement remis ─ qu'il venait de réussir pour la première fois sa transformation. Il s'était métamorphosé !

...

En raton laveur.
Mouais.
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Jeu 1 Fév - 3:56

Je crois bien que tout le monde va rigoler de cette finale. C'était super sympa à découvrir ce petit RP. Franchement, je vois aucun problème à confirmer que tout est en ordre, ouais. Du coup, tu peux aller faire ta fiche, mon cher raton laveur.  


Revenir en haut Aller en bas
Calinda Jackhammer
Élève de Serdaigle
avatar
N/A

Points : 30
Année d'Étude : Aucune
Ascendance : Aucune
Parchemins : 8
Inscription : 03/02/2018
Élève de Serdaigle

Sam 3 Fév - 14:30

« Vas-y recommence ! »
« Mais Max… »
« Allez, s’teuh plait, c’est ouf ! »
« D’accord… »
Voilà que tu pousses un profond soupire avant de fermer les yeux lentement. Maxime s’impatiente, elle te frappe sur les cuisses en poussant des petits couinements. Elle doit être entrain de se mordiller la lèvre comme une malade pour se retenir de te demander d’accélérer. D’accord, c’est vrai tu fais un peu durer le suspense à chaque fois. Mais c’est plus fort que toi, tu adores la sentir s’impatienter. Vous entretenez une relation vraiment particulière maintenant que tu es plus grande et cela te fait vraiment plaisir. Maxime ce n’est plus ton complexe, c’est ton modèle, c’est ton amie, ta confidente. Une meilleure amie avec qui tu partages le même sang, une grande-soeur comme tu souhaites à chacun d’avoir.

D’accord, c’est bon, elle commence à te pincer les cuisses de plus en fort, elle craque et bougonnes ton prénom dans un soupire : « Putain, Calinda… Arrêtes de faire semblant ! » Tu ris et tu viens réouvrir les yeux aussi lentement que tu as pu les fermer. Tu regardes ta soeur avec un sourire aux coins des lèvres, il est plein de fierté mais aussi de tendresse. C’est dingue, ça lui fait le même effet à chaque fois. Elle est vraiment prévisible, mais c’est ce que tu aimes le plus chez elle n’est-ce-pas Calinda ? Elle est si spontanée, si en accord avec ses envies, ses pensées, ses sentiments. Ah ton modèle adorée. Tu penches la tête, et bat des cils et tu demandes : « C’est assez noir pour toi ? » Et elle explose de rire.

Oui tes yeux sont intégralement noir, comme les démons dans les séries américaines.Tu joues les possédées et plein d’autres choses. Tes yeux, tu aimes leurs donner des formes et des couleurs différentes, enfin parfois tu le contrôles pas vraiment d’ailleurs. Souvent suivant les émotions entre ça et tes cheveux, on peut dire que tu es un véritable livre ouvert. Mentir, ça n’a jamais été ton truc de toute façon. Bref, on s’égare. C’est donc ainsi vêtue d’une robe longue aux allures gothiques, maquillée par ton ainée et avec ce superbe regard sombre et démoniaque que tu viens pendre le bras de sa sœur pour te diriger vers la porte dans un éclat de rire complice. C’est rare que vous puissiez ainsi passer un moment ensemble, mais Halloween c’est sacré pour vous deux depuis votre enfance. C’est comme un rituel, ce soir les deux sorcières que vous pouvez être aux yeux du monde, dans vos déguisements affreusement clichés, vont se diriger vers la salle de cinéma pour l’avant-première du dernier film d’horreur à l’affiche.

Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Sam 3 Fév - 16:22

Jolie l'idée pour exprimer son état de métamorphomage. J'ai bien hâte d'en apprendre plus sur elle dans cette prochaine fiche. Hé bien, tout est en ordre. N'hésite pas à aller faire ta fiche dès que tu en ressentiras l'envie. Bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
Lynn Campbell
Élève de Serpentard
avatar
N/A

Points : 20
Année d'Étude : Aucune
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 8
Inscription : 03/02/2018
Visage : original
Élève de Serpentard

Sam 3 Fév - 19:38

J'ai soif. J'ai tellement soif que ma gorge va se briser.
Dans l'obscure chambre où l’inimaginable se produit, l'interdit fut bravé, la limite dépassée.
Ma vue se brouillait, je ne pouvais qu'avancer vers la délicieuse odeur de sang qui emplissait tout mon être. Je pouvais vaguement apercevoir ma proie qui essayait de masquer la fine entaille de son cou avec sa main, sans succès. Je bondis sur elle, lui faisant sortir un cri de stupeur avant de la faire glisser avec moi le long des rideaux. Ils s'écartèrent un peu pour laisser passer un rai de lumière qui reflétait sur le visage terrifié de la jeune femme. Elle venait de faire une erreur. Ce n'était pas de ma faute. Elle s'est blessée toute seule. Et elle allait en payer les conséquences. Je ne voulais cependant pas la brusquer, la mordre si brutalement qu'elle allait en rester traumatisée - donc je me mis à lui caresser doucement la joue, avant de l'embrasser sur le front. Lorsque je croisais son regard, je pouvais voir ses pupilles empreintes de peur et, quand je m'apprêtais à la rassurer une seconde fois, elle rapprocha délicatement ma tête de son cou.
— Allez... Allez-y, mademoiselle, buvez.
Il ne m'en fut pas plus pour déboutonner lentement son chemisier et lécher le filet de sang qui coulait le long de sa clavicule. Un léger spasme me parcouru, et des frissons d'extase se firent sentir dans tout mon être. Son sang était exquis. Mes lèvres vinrent se poser à la base de mon désir, sa plaie, avant que je ne suçote le liquide rouge qui débordait. Un petit gémissement vint s'échapper de la bouche de ma victime qui s'agrippait fermement à mon haut et dont je pouvais entendre la respiration de plus en plus affolante. Pendant que je dégageais son épaule en faisant glisser la bretelle de son soutien-gorge, je caressais son cou, dont je pouvais sentir la température monter.

J'embrassais sa joue puis la base de son cou et enfin la naissance de sa poitrine, pour enfin venir érafler de mes crocs sa douce peau immaculée. La jeune femme tremblait et soupirait d'aise à chaque fois que je léchais et aspirait son épiderme. Lorsque une de mes mains vint soutenir la fine taille de la servante, l'autre ne cessait de la rassurer. Elle sentit que le moment était venu et se crispa un instant, avant de se relâcher lorsque mes doigts vinrent se mêler à  ses cheveux désordonnés. Ma bouche se promena le long de son épaule pour trouver le meilleur endroit afin d'y planter mes canines. Une fois trouvé, j'humidifiais sa peau de ma salive en la léchant et en la mordant goulûment puis y inséra mes crocs.

Elle poussa un cri de douleur et tenta de se libérer de mon emprise en me repoussant et gesticulant, mais je la maintenait fermement contre moi. Son dos se cambra sous l'effet de la surprise et sa respiration se calma au bout de quelques instants. La douleur lancinante devait avoir disparu, j'en profitais alors pour aspirer plus fort le sang qui affluait vers ma bouche et qui dégoulinait. Une fois ma soif disparue, je retirai mes canines de sa peau et léchait le liquide rouge qui roulait sur sa poitrine avant de vérifier que les deux petits trous sur son épaule ne saignaient plus. Je me sépara d'elle et la rhabilla doucement ; elle qui était à bout de souffle et qui, après avoir perdu beaucoup de sang, ne devait plus tenir debout. Mes sens revinrent peu à peu et je pu porter la jeune femme jusqu'à mon lit et l'allonger sur le matelas. Je caressais ses cheveux et lui intima de se reposer avant de me diriger vers la porte tout en essuyant de la langue le reste de sang qui me restait au coin de la bouche.

Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Sam 3 Fév - 20:39

C'est une très jolie plume que tu as là. Le texte dégage bien l'effet sensuel du vampirisme et la façon dont elle jongle avec ses capacités. Hé bien, tout est en ordre. N'hésite pas à aller faire ta fiche dès que tu en ressentiras l'envie. Bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Sam 3 Fév - 21:16

5:50 AM

Sa main avait fait taire le plus rapidement possible la sonnerie stridente du réveil destinée de le sortir de son sommeil. Opium n'était pas vraiment dérangé de se lever à une heure aussi matinale, au contraire. Il faisait partie de ceux capables de se coucher tard et de se lever quelques heures à peine plus tard sans la moindre encombre. Il n'avait étrangement pas besoin de dormir six heures d'affilées, considérées comme minimales pour recharger toute son énergie. Si beaucoup de ses camarades ne cessaient de lui avouer que se lever de bon matin sans broncher faisait partie de sa chance, il savait très bien sur quel point en vérité il avait bénéficié d'une chance à en faire pâlir de jalousie la fameuse potion Felix Felicis. Celle d'être né demi-vélane et de jouir d'une terrible beauté à vous en arracher le coeur.

Le doux miaulement de son chat accompagné des petits tintements du grelot attaché à son collier s'élevèrent dans les airs et le blondinet rigola tendrement, laissant le persan au pelage caramel grimper sur le lit pour se lover dans ses bras. Il entama d'emblée une série de ronronnements appréciateurs de son câlin quotidien et matinal tandis que le jeune homme lui embrassa délicatement le sommet du crâne. La créature roula bien rapidement sur le dos pour quémander des caresses qu'Opium lui offrit sans aucune retenue puis il décida qu'il était temps de se lever pour se doucher et se préparer à sortir du dortoir. Il ne passait jamais plus d'une quinzaine de minutes dans la salle de bains car il était si beau qu'il n'avait pas besoin de perdre son temps à s'embellir de ces artifices qu'étaient les cosmétiques. Un gel moussant pour purifier son épiderme allié ensuite à une crème hydratante pour illuminer son teint déjà pourtant éclatant et le tour était joué. Quelques habits élégants et raffinés pour le vêtir, comme s'il venait d'une époque plus ancienne et le voilà sortant des dortoirs vipérins pour déambuler dans les couloirs du château.

Il y avait cette délicatesse bichromatique décorant ses prunelles qui avait toujours attiré l'attention des autres et les regards s'intensifiaient naturellement à cause de ce charme vélane dont Opium était le détenteur. Des contemplations particulièrement fiévreuses car il leur était impossible de détourner les yeux de cette silhouette si aguicheuse mais surtout de ce visage si doux et presque féminin tant ses traits étaient fins. N'ayant jamais besoin de lever le petit doigt pour se retrouver instantanément au centre de l'attention, tous ne pouvant s'empêcher de se retourner sur son passage à cause de cette puissance charmeuse de demi-vélane lui coulant dans les veines. Les lèvres d'Opium esquissaient toujours un sourire solaire alors que sa paume rejetait furtivement ses mèches vers l'arrière avec un peu de condescendance tant il avait ce sentiment de toute puissance dans ces cas-là. Il savait qu'il était capable de mener de nombreux élèves par le bout du nez grâce à sa très grande beauté, arme subtile et dangereuse qu'il n'hésitait pas à utiliser pour parvenir à ses quelques fins souvent trop égoïstes. Mais on lui pardonnerait bon nombre de crimes à cette gueule d'ange n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Dim 4 Fév - 16:47

C'est une très beau texte. Le côté vélane est très bien décrit et développé. Je n'ai rien à redire ! Tout est en ordre. N'hésite pas à aller faire ta fiche dès que tu en ressentiras l'envie. Bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
Darwin A. Tucker
Élève de Serpentard
avatar

Points : 38
Année d'Étude : Septième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 13
Inscription : 02/02/2018
Visage : ryo asuka| devilman crybaby
Élève de Serpentard

Dim 4 Fév - 17:42

Ce sont des heures et des heures de pratique, des heures passés le nez dans des bouquins, mais aussi des heures silencieuses. Presque étranges et dérangeantes. Les yeux dans les yeux à s’observer comme deux âmes amoureuses. Une douceur délicate, une violence inavouée. Simplement entre deux êtres qui ne font que se regarder. On essaye beaucoup de chose, pourtant il n’y a rien. Aucun son, aucun bruit. Juste ces cils qui battent comme pour charmer autrui. Sauf qu’on finit très vite par être agacé, être rattrapé par cette douce réalité bien trop différente et si tordante qu’on ne veut simplement pas l’accepter. C’était pourtant un simple désir, une simple envie. Mais malgré tous les résultats passés on essaye encore et encore. Malgré la tristesse et la vision de l’abandon. Rien de s’échapper, rien n’apparaît en un claquement de doigt. Tout est mérité.

Alors cet échange, tout autant embarrassant que le regard souhaite être détourné mais pourtant on s’essaye encore et encore jusqu’à y arriver. Peut-être un jour, peut-être jamais. C’était là la difficulté de ce genre de demande. Jamais peut-être, parce qu’on ne le mérite simplement pas, parce que ce n’était pas pour nous mais plutôt pour lui. Mais pourtant, pourtant Darwin bien trop énervant, bien trop désirant, être qui n’accepte aucune défaite en lui. Il cherche encore, force et accentue son regard si profond comme s’il ne désirait qu’une seule et unique chose ; sonder l’âme d’un homme.

Parce que c’est ainsi que sa fonctionne, c’est ainsi qu’on s’exerce face à un professeur. Cet être qui connaît et apprend. L’envie était là, les yeux qui permettent de comprendre. Le regard qui permet de juger. Mais pourtant, l’échange entre deux différés est bien plus compliqué. Les yeux qui sont la fenêtre de l’âme, y entrer et apercevoir.

Tel est ton simple désir.

Mais pourtant, tout lui disait de baisser les bras. La théorie était comprise, tout autant que cette pratique qui pourtant ne souhaitait pas réagir. Un peu comme si cette vitre, cette fenêtre qui séparait l’âme de ton professeur à ce point tant désiré était sale. Sale pour toi, sale pour être vue et accédée.

Mais un jour, tout est différent. D’autre lieu, d’autre parole. Une nouvelle personne. Le dîné qui s’attend, le repas qui arrive. Les discussions qui coulent à flot lorsqu’Elizabeth t’intercepte. Elle qui pourtant ne s’intéressait qu’à sa petite personne, elle qui pourtant ne demandait jamais rien aux autres tant que cela ne la concernait pas différent avait été curieuse.  

Il y avait eu l’échec. Celui de révéler la vérité. Parce que mentir n’était pas acceptable et pourtant, pourtant il y avait eu ce recule. Cette fenêtre ouverte et ces regards croisés. Un instant, une supposition.

Pourquoi donc se priver d’essayer ?

Alors c’est comme souvent, comme toujours. Les regards qui s’observent, cette discussion silencieuse. Une liaison entre deux âmes qui s’accrochent. Darwin pourtant qui tremble, un sentiment étrange qu’il n’avait jamais ressenti de lui-même, le cœur qui se serre d’inquiétude. Une hésitation. Des secrets, des crépitements, des émotions lointaines qui l’atteignent jusqu’à ce qu’Elizabeth brise cette liaison au détournement de sa tête.

Et Darwin le sait, car il ne ressentait plus cette étrangeté.

« Tu vas bientôt te marier Elizabeth ? »

Un bruit sourd, des sursauts au travers de la table. Celle-ci qui est cogné soudainement d’un poing des plus énervé. Une sensation de peur de ne pas être acceptée, une sensation de stress pour en parler. Elizabeth qui n’arrivait pas à en parler devant son père.


comme darwin est encore assez jeune avec ses 17ans, il c'est beaucoup entraîné depuis qu'il est à Poudlard grâce à des cours particuliers (notamment) payé par ses parents. Mais, même si il arrive à bien ressentir et comprendre les émotions des gens, il a encore pas mal de difficulté à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Dim 4 Fév - 17:48

C'est du beau travail. Merci aussi pour les précisions. Cette lecture très agréable ne fait aucun doute : tout est en ordre. N'hésite pas à aller faire ta fiche dès que tu en ressentiras l'envie. Bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
Noa Yoshida
draco dormiens nunquam titillandus.
avatar
N/A

Points : 15
Année d'Étude : Septième Année
Ascendance : Parents Sorciers Issus de Familles Sorcières (Sang Pur)
Parchemins : 2
Inscription : 06/02/2018
Visage : Uchiha Sasuke.

Mar 6 Fév - 4:52

Si souvent ils ont tenté de te comprendre : épier tes moindres faits et gestes à la recherche d'un quelconque signe indiquant la moindre pensée, le moindre indice permettant de découvrir le fond de tes humeurs. C'est peut-être stupide de leur part : c'est ce que tu penses alors qu'ils te rabachent sans cesse les mêmes remarques. Ils ne te comprennent pas. Ils ont l'impression que tu es désintéressé, que tu n'es pas prêt à t'investir dans une relation, que tu mens et cache des choses. Quelle ironie.

Tu es l'un de ces éléments de Poudlard qui font jaillir la fierté chez tous les professeurs : un étudiant méticuleux qui ne prend jamais rien à la légère. Ils ont pourtant envie que tu te laisses un peu aller : ils croient que tu es ce rat de bibliothèque aux airs sages qui ne transgresse jamais les règles. À tes yeux, leur cervelle ne sert pas davantage que celle d'un troll, et ils n'ont rien compris. Tu as l'habitude de taire tes pensées : comme une barrière qui empêche quiconque de fouiller ton esprit. On n'accède pas à ton coeur si facilement : tu as toujours eu besoin de te protéger. Trop souvent ta mère s'est servie de toi pour parvenir à ses fins. Aucun scrupule.
Tu ne veux plus revivre ça.

Alors la réponse est apparue d'elle-même : limpide et implacable. Aux grands maux les grands remèdes : tu souhaitais apprendre à protéger ton esprit de toute intrusion et c'est grâce à l'occlumancie que tu y parviendrais. Il te fallu plus de deux ans et l'oeil bienveillant d'un professeur pour réussir. Tes souvenirs ont été fouillés de fond en comble : seul cet enseignant sait qui tu es vraiment et les autres ne sont pas outillés pour explorer l'obscur fond de ta tête. Tu t'en fiches, au fond. Peut-être est-ce inutile ? Peut-être pas. Ton ambition n'est-elle pas d'être Auror ? Tu accéderas à un monde où les pires bassesses sont exercées sans retenue. Ce jour-là, ton âme ne sera pas violée par l'indécence d'autrui, et personne n'arrivera plus jamais à t'extirper le moindre aveu. Tu es scellé comme un trésor dont personne ne possède la clé. Si tes mots sont honnêtes, si tu souhaites déballer ton sac, tu le feras de ta propre initiative le moment venu.


Revenir en haut Aller en bas
Levi A. Walker
Élève de Poufsouffle
avatar
N/A

Points : 54
Maison : Poufsouffle
Année d'Étude : Septième Année
Ascendance : Un Parent Moldu et l'autre Sorcier (Sang Mêlé)
Parchemins : 28
Inscription : 02/02/2018
Visage : He Tian
Élève de Poufsouffle

Mar 6 Fév - 5:03

J'aime ta plume. J'aime les raisons qui le pousse à vouloir apprendre cet art. J'aime lire ce que tu écris donc moi : tout est en ordre. N'hésite pas à aller faire ta fiche dès que tu en ressentiras l'envie. Bonne chance !


we're meant to be
Revenir en haut Aller en bas
Demyan R. Ivanov
draco dormiens nunquam titillandus.
avatar
N/A

Points : 5
Année d'Étude : Aucune
Ascendance : Aucune
Parchemins : 1
Inscription : 05/02/2018

Mar 6 Fév - 19:30

Faith is not enough
Sex is not enough
Drugs are not enough
Love, love
There's a cold red light
And a cynical future
Chassés incessamment par ceux qui se considéraient plus vertueux, méprisés et craints par la majorité, classés comme étant des êtres, mais pestiférés au regard de la population, ils ont façonné les âges de leur sagesse, ils ont construit leur histoire et assis leur suprématie grâce à leur intelligence : ils errent à travers le temps ─ âmes esseulées, terreurs nocturnes, monstres de légende, cauchemars aux visages taillés dans le marbre. Ces créatures de la nuit sont passées de mythe à réalité : gorgées du sang de leurs victimes et dévoreuses de chair, elles ne sont après tout que le reflet d'une société déjà malsaine. Elles ne sont que le reflet d'une folie collective tolérée : criminels sous des habits haut de gamme et derrière des sourires aux canines à peine dissimulées.
Oui, il appartient à cette caste, ce sommet de la chaîne alimentaire, ni bête ni homme, puissance et indolence. Atonie d'un être dont le pouvoir n'est plus que conquêtes et domination ─ il manipule et utilise comme le fait toute sa famille. Les corps passés entre ses doigts, les femmes et les hommes dont il se délecte, ne sont qu'un en-cas duquel il raffole. Demi-être, demi-vampire, demi-monstre : c'est Demyan dans toute son ironie.

Sa chambre est le théâtre de captures impudiques ─ impur dans sa manière de n'être que lui, il offusque, il dérange. Lorsqu'il lèche ses canines avec lenteur, que ses yeux ambrés fixent sa proie avec cupidité, plus rien ne lui importe que la traque sous forme de séduction. Il n'est ni gracieux ni élégant : on le croirait presque être un jeune adulte ordinaire ─ de ceux qui aiment jouer des coudes pour tenter leur chance sur la dulcinée de Poudlard. Il séduit plutôt par son charisme et son assurance : des mots prononcés sans la moindre faille, sans la moindre vacillation, alors qu'il taquine, qu'il touche, qu'il perturbe et pervertit même les plus séraphiques d'entre eux. Il traverse les corridors, décontracté et accommodant, ce fin sourire goguenard à la bouche, comme un joueur dont le terrain de jeu est une vie. Si de votre gorge il extirpe la moindre goutte de sang alors plus rien n'est apaisé que l'envie de ressentir la palpitation des veines au creux de ses bras et le frémissement de la convoitise au bord de ses lèvres. Flots empourprés qui roulent sur l'épiderme d'une âme asservie par son impitoyable faculté de transmettre le goût de l'interdit.

Qu'ils soupirent encore les amants captifs des monstres sauvages au corps attrayant. Qu'ils passent une nuit de plus dans l'obscurité ardente de sa chambre où ils sont bercés par l'affection d'une bête mal jugée. Mots murmurés au coeur d'une prison satinée.


If I was your vampire, death waits for no one
Hold my hands across your face because I think our time has come
Revenir en haut Aller en bas
Norbert Rathbone
Élève de Poufsouffle
avatar

Points : 301
Maison : poufsouffle.
Année d'Étude : Sixième Année
Ascendance : Parents Sorciers (Sang Mêlé)
Parchemins : 107
Inscription : 22/01/2018
Visage : gajeel redfox.
Élève de Poufsouffle

Mar 6 Fév - 19:37

Encore une fois, très belle maîtrise du sujet, et il me tarde d'en savoir plus sur Demyan. Tout est en ordre, voilà ! N'hésite pas à aller faire ta fiche dès que tu en ressentiras l'envie. Bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Particularités / Prédéfinis • Test RP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIDDIKULUS! Ϟ :: lumos maxima. :: Sous le Choixpeau-
Sauter vers:  
Janvier à
Février